Accéder au site >
Je soutiens

faire un don en ligne

Un printemps plein d’inconnu après un hiver rigoureux

Un printemps plein d’inconnu après un hiver rigoureux

Cet hiver, à trois reprises, des plans Grand Froid auront dû être déclenchés, conséquences des fortes baisses de température, témoignant de la poursuite d’une gestion « au thermomètre » de l’hébergement d’urgence. Ouverture dans la précipitation de lieux d’hébergement provisoires, souvent peu adéquats tels les gymnases, puis fermeture et remise des personnes à la rue, l’hiver aura été pour tous éprouvant.

Maintenir le lien social

Si l’Etat a annoncé vendredi dernier la pérennisation de 5 000 places d’hébergement, une grande incertitude demeure, particulièrement à Paris, où à la fermeture des places hivernales s’ajoute la fermeture de plusieurs sites pérennes tels l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14e arrondissement.

Comment permettre à des personnes malmenées par la vie, ayant souvent déjà subi de nombreux revers et une forme de maltraitance administrative, de se reconstruire dans une telle instabilité ? Attente permanente, impossibilité de s’inscrire dans des perspectives autres que de court terme, de reformer des projets de vie, les obstacles qui viennent s’ajouter aux difficultés propres à chaque personne sont nombreux.

 

Maintenir le lien, éviter au renoncement de gagner du terrain, redonner place à l’espoir, permettre aux personnes de recouvrer leurs droits, trouver des solutions, accompagner, dans un contexte de plus en plus difficile, le rôle des équipes du Samusocial de Paris est essentiel.